L’éprouvée.

Cette chaleur, ces sons aigus redondants de l’électrocardioscope qui rythment nos vies désormais. Ces mêmes sons qui nous font entendre et comprendre que tu es encore en Vie.

Ce cauchemar qui ne cesse . Cette triste mélodie quasi funèbre. Ce cauchemar sonore qui six années plus tard revient la nuit quand le silence calme mon âme.

Peut-être pour ne jamais oublier que l’a vie m’a défié, peut-être pour ne jamais oublier de ne plus perdre une seule de ces graines d’optimisme et d’espoir.

Ces graines que je tenais entre mes mains, je n’en n’ai pas fais tomber une seule.

Le terrain était ténébreux et chaotique. Il a fallut du temps pour les semer, et des pluies de larmes pour les cultiver. 

Aujourd’hui elles sont devenues. 

Fleurs de vie.

12 juin 2013.

Pour ne jamais oublier les épreuves qui durent depuis 6 ans, pour ne jamais oublier que nous avons frôler l’impensable, pour ne jamais oublier qu’il y a eu, qu’il y a et qu’il y aura toujours un peu de vie … malgré tout.

Après son accident j'ai écouté les conseils autres (médecins et famille), j'ai laissé des aidants s'occuper de lui. Mais cela ne fonctionnait pas. Le foyer était totalement déstabilisé personne n'y trouvait sa place. Les enfants, lui et moi. Personne n'avait sa place. Il y a 4 ans j'ai décidé de changer de vie, de remanier ma vie professionnelle, de me priver de certains de mes projets pour m'occuper de lui et de mes enfants. L'important c'était de reprendre le navire en pleine mer houleuse. C'est un choix, une donation de soi, un sacrifice que je ne regrette pas mais qui 'est éprouvant, mais tellement éprouvant. Je me souviens que je n'ai jamais trop pleuré dans ma vie, j'externalisais par le rire, aujourd'hui je sais ce qu'est de pleurer de fatigue, de désespoir, de joie, de colère. Je ne connaissais pas ces émotions j'ai appris à les connaître. Je les accueille comme je peux. Parfois et même très souvent elles ne son,t pas les bienvenues. J'apprends.
Après son accident j’ai écouté les conseils des autres (médecins et famille), j’ai laissé des aidants s’occuper de lui. Mais cela ne fonctionnait pas. Le foyer était totalement déstabilisé personne n’y trouvait sa place. Les enfants, lui et moi. Personne n’avait sa place. Il y a 4 ans j’ai décidé de changer de vie, de remanier ma vie professionnelle, de me priver de certains de mes projets pour m’occuper de lui et de mes enfants. L’important c’était de reprendre le navire en pleine mer houleuse. C’est un choix, une donation de soi, un sacrifice que je ne regrette pas mais qui ‘est éprouvant, mais tellement éprouvant. Je me souviens que je n’ai jamais trop pleuré dans ma vie, j’externalisais par le rire, aujourd’hui je sais ce qu’est de pleurer de fatigue, de désespoir, de joie, de colère. Je ne connaissais pas ces émotions j’ai appris à les connaître. Je les accueille comme je peux. Parfois et même très souvent elles ne son,t pas les bienvenues. J’apprends.

L’aimante

Partager
Facebooktwitterpinteresttumblr

4 Replies to “L’éprouvée.”

  1. Je t’envoie toute mon affection ma Sou ! Tu es une femme incroyable et qui suscite vraiment mon admiration. Je t’embrasse fort

  2. Tu es une femme forte. Qu’Allah t’aide à accompagner au mieux ton mari dans sa maladie. Et qu’Il parseme votre vie de moments de joie. Courage

  3. Merci tu es un amour ça me réconforte

  4. Amine ya rab tu es un amour

Laisser un commentaire